Skip to content

LE CHAMANISME, UNE VOIE SACRÉE

Ma rencontre avec le chamanisme

Depuis toute petite je crois aux mondes invisibles, à l’inexpliqué, je pouvais passer de longues heures dans la forêt seule à écouter les arbres me parler, à me créer des petits rituels et écouter le bruit du vent. Les histoires d’esprits ne m’ont jamais fait peur et j’ai toujours été déçue de la façon dont Hollywood se servait de tout cela pour faire vendre des frissons et de la terreur sur commande.

Lorsque j’ai entamé ma reconversion, je me suis intéressée aux pratiques « énergétiques » et à croiser la route de nombreuses personnes. J’ai commencé à développer mes capacités, j’ai découvert que je pouvais accompagner la guérison avec mes mains, j’ai apprivoisé ces intuitions et cette empathie parfois pesante que je possède depuis toujours, afin d’en faire une force.

Mon premier pas vers le chamanisme m’a mené à une conférence sur les archives akashiques, je n’avais aucune idée de ce que c’était. J’ai appris qu’il s’agissait de la mémoire du monde, auxquels les personnes sensibles ou formées accèdent à travers un protocole, pour aller récupérer des informations dans les plans subtiles : l’Akasha.

J’ai ainsi voulu consulter quelqu’un qui pouvait me faire cette fameuse lecture, puis tout s’est accéléré. J’ai vu des chamans, des mediums, des astrologues… On m’a dit des tas de choses et j’ai commencé à intégré au sein de ma conscience qu’une autre voie était possible. 

J’ai appris à écouter mais également faire le tri, car notre discernement est très important lorsque l’on chemine ver soi. Posséder une bonne boussole intérieure nous permet ainsi de voir se qui se joue en terme d’ego et de vérité, pour conserver son autonomie et ne pas remettre son pouvoir à l’extérieur.

À la rencontre de moi-même

Quelques mois plus tard, je décidais de participer à mon premier cercle de tambours en groupe, afin de découvrir mon animal allié (j’organise aujourd’hui régulièrement des cercles lors d’ateliers ou retraites) et ce fut une expérience déroutante.

Tout le monde possède des perceptions, certains voient, entendent ou encore ressentent. Il suffit de lâcher prise, d’un soupçon de confiance en soi et de beaucoup de pratique pour réussir à faire des « voyages » et ainsi récupérer des informations pour soi ou quelqu’un d’autre (ce que je pratique lors des guidances que je fais).

Lors de ce premier cercle, nous sommes allongés et n’avions que le son du tambour pour nous permettre d’étendre notre conscience. Après m’être accrochée à mes attentes, j’ai fini par lâcher prise et  j’ai « entendu » mon animal. J’ai tout d’abord pensé que mon esprit me jouait des tours, puis des visions et de nombreuses images ont commencé à apparaître pour répondre aux questions que je me posais.

Quelques semaines plus tard, j’ai débuté ma formation à la FSS (Foundation of Shamanic Studies), j’ai abordé de nombreuses pratiques sur plusieurs week-ends, découvert de nouveaux alliés et travaillé sur diverses thématiques. Nous sommes allés dans le monde d’en bas, le plus courant pour travailler avec nos alliés, et le monde d’en haut plus subtil et difficile d’accès (et de retour). 

Au fil des pratiques, il était plus simple de me connecter et de récupérer des informations pour moi ou quelqu’un d’autre. Je suis toujours étonnée et émerveillée de voir ce qu’il se passe lors de mes voyages.

quelques définitions

Selon la FSS, le mot « chamanisme » dérive du mot « chaman »/« chamane » (fém. « chamanka ») ou « saman » d’origine evenk/toungouse (evenki/tungus – Sibérie). Les chamanes sont les hommes-médecine ou guérisseurs des sociétés traditionnelles. Ce sont eux qui maintiennent l’équilibre spirituel, environnemental et social de leur communauté. Selon l’anthropologue Michael Harner, qui a étudié les cultures chamaniques du monde durant des décennies, les chamanes se définissent selon certains points :

– Généralement, les chamanes ont un contact direct avec des esprits.
– Ils ont un contrôle strict sur un ou plusieurs esprits. Ces esprits ne contrôlent pas et n’usurpent pas la conscience du chamane sans sa permission.
– Les chamanes contrôlent un état modifié de conscience (le chamane détermine quand entrer et quand sortir de l’état modifié de conscience).
– Ils se préoccupent du monde « matériel » normal plutôt que d’atteindre un état d’illumination.
– Ils possèdent la capacité de faire voyager leurs âmes (voyage chamanique).

Le fondement de la pratique de tous les chamanes du monde est le voyage spirituel de l’âme dans l’autre monde, autrement dit, le voyage chamanique. Par l’intermédiaire du voyage chamanique, les chamanes entrent en contact avec des êtres spirituels (les chamans les appellent « esprits » ou « alliés »), qui leur apparaissent souvent sous la forme d’animaux (animaux de pouvoir) et d’ancêtres personnels ou mythologiques (guides spirituels). Ces alliés de l’autre monde transmettent au chamane la force et la connaissance qui lui permettent d’effectuer un travail de guérison et d’équilibrage pour soi-même, pour d’autres et pour le monde environnant.

une philosophie de vie

Depuis mes nombreuses formations, je continue et j’affine ma pratique lors des guidances et des soins que je pratique en individuel ou lors de mes retraites. Je continue de découvrir des outils et symboles au fil de mes lectures et expérimentations car le chamanisme est une voie d’une infinie profondeur.

Ma façon de voir le monde a également changé, je me sens « guidée et accompagnée », je m’émerveille devant la beauté de la vie chaque jour, j’essaie de comprendre chaque leçon et initiation que l’univers m’envoie lors des difficultés, j’observe les signes, je suis la course des planètes et de la Lune dans le ciel, je me connecte aux pierres et je souris lorsqu’un animal symbolique croise ma route.

Il n’est pas toujours aisé pour les proches de comprendre tout cela, car cette vision est éloignée de notre mode de vie mais pourtant si proche de notre vraie nature. Il est alors important de cheminer avec bienveillance envers soi-même et les autres, en gardant l’esprit et le coeur ouvert.

Mon premier contact en Amérique du Sud au Pérou en décembre 2018 a également été une expérience transformatrice important. J’ai vécu le chamanisme d’une manière différente, j’ai rencontré différentes plantes et ce fut un processus très intense. Les cérémonies ont été de véritables tournants dans ma vie, c’est pour cela que j’ai décidé d’emmener des groupes, que je m’accompagne en amont, pendant et après ces expériences à ne pas prendre à la légère.

Grâce à la voie chamanique, je me sens aujourd’hui à ma place et j’essaie de te transmettre mes connaissances, mon amour et mes compétences afin que chacun puisse avancer sur le chemin de son âme.