Dans cet article je vous parle de pratique au tambour dans la voie chamanique, par où et quoi commence, qu’est-ce que la transe, comment voyager, à quoi cela sert, comment battre du tambour ou encore où s’en procurer un. Pour moi le tambour est bien plus qu’un simple instrument, il est mon allié, mon compagnon de route grâce auquel j’effectue mon travail et mes pratiques. J’espère que ce partage vous donnera envie d’explorer davantage.

Par où et quoi commencer ?

Pour explorer les voyages au tambour, je vous invite à regarder sur internet, à mettre en action votre intuition, ou bien à demander autour de vous sur recommandation et bouche à oreille. L’important est de suivre les signes et établir des connexions relationnelles, qui vous mèneront vers ce qui est bon pour vous aujourd’hui. Il est difficile pour moi de donner des adresses car dans la voie chamanique, chaque synchronicité et rencontre compte.

Un cercle de tambour peut se faire en ville lors d’un atelier ou encore lors d’une retraite plus spécifique, accompagnés de praticiens chamaniques. Les critères importants selon moi sont : l’écoute, la bienveillance, la gestion énergétique de l’espace et la maîtrise des pratiques.

L’usage de plantes maîtresses telle que l’Ayahuasca n’est absolument pas nécessaire pour évoluer sur le parcours chamanique. Il ne s’agit pas d’un pré-requis pour ouvrir notre conscience. Au contraire, plus vous serez apte à “voyager” simplement à l’aide d’outils simples comme le tambour et plus cela sera pratique dans votre quotidien.

Qu’est-ce que la transe chamanique ?

Afin d’atteindre la transe nécessaire au voyage chamanique, les chamanes de certaines contrées telles que la Mongolie utilisent le rythme monotone du tambour afin de faire vibrer leur cerveau en ondes Theta. Ceci vient alors modifier leur perception de la réalité. C’est dans cet état qu’ils accéderont au monde des esprits, ce qui va leur permettre d’établir un environnement favorable de guérison dans le corps/esprit de leur patient. 

Lors de la conscience ordinaire, les 2 hémisphères du cerveau sont désynchronisés. Généralement, l’un domine pendant plus de 30 minutes à 3 heures, puis l’autre devient le dominant à son tour. Sous l’influence d’un dispositif auditif externe au cerveau comme le tambour, les hémisphères se mettent en résonance : ils vibrent alors au même rythme, à la même fréquence. Ils sont alors synchronisés. 

Et c’est dans cet état d’éveil érébral que la plupart des gens rapportent vivre des expériences paranormales à travers des facultés qu’ils ignoraient, possibles en eux. C’est aussi là que se produit l’état de transe, ou d’autres expériences mystiques.

L’importance du tambour

C’est le véhicule qui déclenche l’état d’éveil cérébral. En chamanisme, il est souvent désigné par le terme “Cheval”, car il permet de nous transporter là où la communication avec l’Esprit est à nouveau possible. 

Le rythme monotone du tambour agit comme un calmant, afin de distraire la conscience, il permet d’éveiller l’état Thêta du cerveau, pour qu’un état de “rêve” s’instaure. Le réveil de l’état Theta nous amène vers un état d’être qui ne dépend plus de son contenu émotionnel, nous libérant ainsi de l’emprise perpétuellement rationnelle exercée par l’un de nos hémisphères cérébraux, dominant tout l’occident.

Comment voyager ?

La pratique se fait généralement allongé, un bandeau sur les yeux afin de se détendre et d’entrer plus facilement en connexion avec notre inconscient. J’ai pour habitude d’ouvrir l’espace avec un cercle de paroles, afin que chacun se présente, puisse déposer son ressenti de l’instant ainsi que son intention.

L’intention est très importante, avant toute pratique chamanique ou énergétique. Cela permet à notre âme de traverser les expériences dont nous avons besoin, soutenu par notre esprit en quête de réponses.

Après quelques explications puis une méditation pour s’ancrer, je démarre ainsi le voyage en guidant les personnes de leur point de départ dans notre monde du milieu, afin de trouver un passage vers le monde subtil. Puis je ne parle plus et la magie du tambour opère.

Tout le monde possède des perceptions, certains voient, entendent ou encore ressentent. Il suffit de lâcher prise, d’un soupçon de confiance en soi et de beaucoup de pratique pour réussir à faire des voyages profonds et ainsi récupérer des informations ou obtenir une guérison.

Après le voyage, nous prenons généralement un temps de partage, afin que chacun puisse déposer son expérience. Cela permet une meilleure intégration et l’effet miroir dans le collectif offre également des espaces de guérison magiques.


À quoi cela sert ? 

Ces voyages permettent de se connecter aux profondeurs de notre inconscient. Grâce à notre intention nous pouvons obtenir des réponses à nos questions. Ces dernières peuvent se manifester sous forme de vision symbolique, de sensation dans le corps, de sons entendus ou d’impressions ressenties.

Nous pouvons ainsi rencontrer notre animal totem, des guides, obtenir des réponses imagées à ce que nous nous posons comme question. Chaque problématique et difficulté rencontrée fait également partie du voyage…

Le tambour offre également un soin à travers ses vibrations. Il apaise le mental et dépose la conscience dans l’instant présent, avec plus de facilités. Nous nous sentons ainsi plus ancré et connecté à nous-même.

Peut-on rester perché ?

Lors d’une pratique courte lors d’un voyage découverte, accompagné de la bonne personne, il y a très peu de chance que vous ayez du mal à “revenir”. Certains troubles psychologiques peuvent modifier cette statistique mais il ne s’agit que de cas particuliers.

De plus lorsque vous faite un voyage court, encadré, que l’on vous a expliqué le son du rappel et toutes les consignes adéquates, tout se passe bien. Personnellement je n’ai jamais rencontré de souci en accompagnant mes groupes.

Lors de voyages plus longs et plus poussés c’est une autre histoire. Il se peut que l’esprit de la personne parte si loin qu’elle n’entende pas le rappel. Dans ce cas il faut s’assurer qu’elle peut à nouveau l’entendre et le refaire. Si cela ne suffit pas, le praticien chamanique doit “aller chercher” l’âme de la personne dans les mondes subtils à l’aide de différentes techniques avancées comme le recouvrement d’âme.

Peut-on pratiquer seul ?

Pour la raison évoqué ci-dessus, il est mieux d’être accompagné lors des premiers voyages. Certains praticiens disent que vous pouvez le faire avec de simples audios Youtube (que j’utilise moi-même) mais je ne suis pas du tout d’accord avec ce principe.

J’estime qu’il faut avoir au moins pratiqué plusieurs fois en cercle, se sentir à l’aise, revenir facilement et être bien enraciné avant de se lancer seul. Chacun est responsable de ses choix donc ce n’est que mon humble avis, vous avez toujours votre libre arbitre !

Comment différencier l’intuition du mental ?

Si un symbole ou une image vient à votre esprit, d’où vient-elle ? N’est-elle pas manifestée par une Source divine ? C’est la croyance du chamanisme et de toute pratique spirituelle. Le mental n’est pas notre ennemi, il est le filtre utilisé par lequel passe les canalisations et informations subtiles.

Ce qui empêche une personne de voyager et de développer sa capacité à voyager est son besoin de tout comprendre et de tout maîtriser. Peu importe si un loup se présente dans votre voyage ce n’est certainement pas pour rien. Vous pouvez choisir de questionner tout ce qui se manifeste à vous ou bien ouvrir votre coeur à tout ce qui est.

Un outil de guidance puissant

Le voyage au tambour est une pratique puissante afin de développer nos capacités intuitives et médiumniques. Depuis que je voyage pour moi-même ou d’autres personnes, j’ai développé ma capacité à capter des messages destinés à aider et accompagner. Je peux parfois voir les animaux messagers, certaines vies antérieures, avoir des visions de potentiels futurs… Je suis toujours étonnée et émerveillée de voir ce que je capte est souvent juste.

L’humilité et l’innocence est une qualité essentielle pour recevoir des messages de l’univers. Si nous jugeons ou ne sommes pas satisfaits, nous empêchons la magie de la vie de se manifester. Les guides et les esprits ne se matérialisent pas que sous forme de vision, lorsque nous apprenons à voir les signes dans toute chose, alors notre coeur chamanique peut se déployer.

Comment battre du tambour ?

Il n’y a pas de règle précise. J’ai appris à battre de façon intuitive lors de ma formation. Je vous invite à écouter votre coeur et ne pas réfléchir. Il n’y a pas de mauvaise pratique si vous battez du tambour pour vous et que vous le faites dans un espace sécurisé. Vous pouvez battre doucement, chanter, battre plus rapidement, vous amuser avec les différents rythmes… Laissez-vous emporter par sa magie !

Où se procurer un tambour ?

J’ai acheté mon tambour sur le site Thomann, synthétique, pour débuter. Il tient son rôle parfaitement et s’est chargé des énergies au sein des différents ateliers et formations auxquelles j’ai assisté. Je souhaite m’en procurer un en peau pour plus de puissance mais je ne souhaite pas acheter n’importe quoi. J’attends que ce dernier vienne me rencontrer. Il est aussi possible de faire un stage pour le fabriquer mais encore une fois je vous invite à user de votre discernement.

Ou se former ?

Je me suis principalement formée à la FSS (Foundation of Shamanic Studies), mais j’ai également beaucoup appris d’autres stages, retraites et formations. Le Chamanisme ne s’apprend pas que dans les livres ou dans les stages. Il se vit, s’expérimente et s’incarne en nous à travers les expériences qui se présentent à nous au moment juste.

Il est très important que vous suiviez votre intuition. Ne confiez pas votre cheminement à n’importe qui. Observez si les personnes qui se placent sur votre route vous inspire confiance, vous élève et vous rendent autonome.

J’ai aujourd’hui choisi de transmettre ce que j’ai appris lors de formations et de stages à mon tour, afin de diffuser ces différents outils au plus grand nombre, car ce n’est qu’en devenant tous de plus en plus éveillés que nous pourrons changer le monde…

***

Article extrait de mon Ebook « La Voie Chamanique ».